INCARNATION IV (continuation)
Politeia

Dessins / Exposition évolutive
Grands formats

27 février - 26 avril 2014
Prolongée jusqu'au 24 septembre 2014.
Seconde partie de l'exposition en présentation le matin uniquement du mercredi au samedi (tous cycles confondus)...
Suite 523

Nous sommes à la fin d’un cycle majeur… Nous nous retrouvons plus que jamais à la croisée des chemins. Il va falloir désormais choisir. Ou nous continuons à exister de la même façon, ou nous entamons une nouvelle révolution humaniste, planétaire, prudente, éco-responsable et dans la mesure du possible… non violente. Et ce, sans plus rien attendre des politiques.

Tous les thèmes abordés par Diego Piccini da Todi lors de cette exposition sont des métaphores, directes ou indirectes de l’imbrication de nos destins dans le tumulte harassant de la « Polis », avec une constante allusion à ce même tumulte que l’on retrouve dans la succession terrifiante des Bardos relatés par le bouddhisme Dzogchen.

Les corps «  réceptacles  », «  véhicules  », s’imbriquent en effet… Inextricablement liés, ils se confondent et se démultiplient, s’absorbent et se rejettent, se dissolvent et répètent inlassablement la même farandole. Toutes nos attentes, craintes et illusions fusionnent ainsi dans un temps qui n’est déjà plus le nôtre, un prodigieux canevas gâté par le délitement.

Alors, qu’adviendra-t-il de nous ?

Tout au long de l’exposition Incarnation IV – Politeia (Belgo # 523), l’artiste présente (tout comme l’exposition Improbable ? (Belgo # 521) qui lui fait écho et à laquelle d’ailleurs les œuvres se mêlent) toute une série de dessins de différents formats, triptyques géants, œuvres et études entièrement consacrée aux rapports de force en cours au sein de multiples communautés dans le Samsâra, visant à démontrer, s’il en était, la puissance toujours actuelle et indiscutable du dessin au service du sacré, comme du profane.

Nous tenons à préciser que l’ensemble des dessins est réalisé de mémoire.